La Colocation de Clarisse (1)

Une bonne soirée


Ce soir-là, Clarisse était rentrée fatiguée, alors elle s'était dit « soirée télé ! » Elle avait sorti une pizza du congélateur, une bière du frigo, un dvd de sa bibliothèque, elle avait enfilé son pyjama en attendant que le micro-ondes finisse de préparer son dîner et puis s'était installée confortablement devant son écran de télé. Avec Avengers, elle était sûre de ne pas se prendre la tête. Elle l'avait déjà vu plusieurs fois mais c'était parfait justement pour cette raison : elle n'aurait même pas besoin de se concentrer pour savoir pourquoi ils se tapaient dessus. Génial.
Au milieu du film, Clarisse se souvint qu'elle avait acheté un paquet de pop-corn déjà tout préparé, le genre de ceux qu'on glisse dans le micro onde et qu'on écoute éclater. Elle n'en n'achetait jamais d'ordinaire, mais le paquet était en promotion, alors elle s'était dit : « Pourquoi pas ? » et elle avait craqué. Maintenant, il fallait le manger et comme cette soirée était déjà placée sous le signe des USA, un peu plus un peu moins ne changerait pas grand-chose. Elle mangerait peut-être même une glace après tout ça, une glace en pot avec beaucoup de crème et très peu de goût. Ouais, c'était une bonne idée.
C'est ainsi que Clarisse passa sa soirée. Une fois la pizza, la bière, le pop-corn et la glace avalés, elle souffla un peu. Si elle voulait continuer à loger dans son 36, il ne lui faudrait pas deux soirées comme ça dans le mois... Le film terminé, elle rêvassa pendant le générique et puis quand tout redevint noir et silencieux dans son appartement, elle se souvint qu'il fallait aller se coucher pour se lever le lendemain. Elle leva les yeux vers la fenêtre et aperçut dans l'encadrement une grande figure noire. Clarisse sursauta.
-Tu ne cries pas ?
-Heu... Non.
-Pourtant, tu sais qui je suis ?
-Oui, c'est ça que je ne comprends pas.
-Il n'est pas nécessaire que tu comprennes. J'ai besoin d'un endroit tranquille où faire profil bas pour un certain temps, tu m'héberges, n'est-ce pas ?
Et sans laisser le temps à Clarisse de répondre, il sortit un sceptre de son dos, un sceptre gris qui ne brillait dans la nuit que de l'éclat de la gemme incrustée en haut du manche et qui éclairait  d'un bleu étrange et fascinant Clarisse et son interlocuteur. Celui-ci s'approcha et toucha de cette canne le cœur de Clarisse. Elle sentit un courant froid la parcourir, une vague la traversa et retourna bientôt dans son océan de mystère.
-Tiens... ça n'a pas marché. Comment est-ce possible... ?
-Oui, si vous voulez, vous pouvez rester là.
Il la regarda.
-Loki, n'est-ce pas ? Je ne m'inquiète pas trop pour vous, vous saurez vous débrouiller avec le canapé...
Et Clarisse alla se coucher. Et Clarisse laissa Loki se coucher.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La fille de l'air (13)

Dies Contemptio (13)

Épiphanie (4)